Accueil

ASSOUPLISSEMENT DU PORT DU MASQUE

Depuis le 26 septembre dernier, le département du Nord est passé sous le seuil d’alerte fixé à 50 cas positifs à la Covid-19 pour 100 000 habitants. L’objectif collectif est aujourd’hui de maintenir cette dynamique favorable.

Dans ce cadre, le préfet du Nord assouplit l’arrêté relatif au port du masque. Ainsi, jusqu’au 15 novembre inclus, le port du masque reste obligatoire pour les personnes de 11 ans et plus :

  • dans les files d’attente de toute nature ;
  • à l’occasion de tout regroupement de plus de 10 personnes sur la voie publique et les espaces ouverts au public ;
  • dans les zones piétonnes, permanentes ou temporaires, les samedis et jours d’événements particuliers ;
  • dans les espaces réservés aux spectateurs des enceintes sportives de plein air ;
  • dans les fêtes foraines.

    Les plages, parcs et jardins ne sont pas soumis à l’obligation du port du masque.

    Le port du masque n’est donc plus obligatoire aux abords, dans un rayon de 50 mètres :

    • des marchés, braderies, brocantes, vides-greniers et autres ventes au déballage, ainsi qu’à l’intérieur de ceux-ci, qu’ils se tiennent dans des espaces couverts ou en plein-air ;
    • des entrées des centres commerciaux les samedis et dimanches ;
    • des entrées des établissements scolaires et universitaires ;
    • des entrées des lieux de culte aux jours et heures de la tenue des offices et cérémonies ;
    • des stations et lieux d’arrêt des transports collectifs de voyageurs.

    Consulter l’arrêté préfectoral


    POINT DE SITUATION

    Education :

    Du fait de l’évolution de la situation épidémique et de l’augmentation du taux d’incidence, le département du Nord passera du niveau 1 au niveau 2 du protocole sanitaire de l’Éducation nationale, dès la rentrée scolaire du 8 novembre.

    Outre le rétablissement du port du masque en intérieur pour les élèves des écoles élémentaires, le niveau 2 du protocole prévoit des mesures de protection renforcées, notamment la limitation des brassages par niveau, l’augmentation de la fréquence des désinfections et le respect d’une distanciation physique adaptée pour les activités physiques et sportives. Les collégiens et lycéens continuent de porter le masque.

    “Pass Sanitaire” :

    • Le “Pass sanitaire” est obligatoire pour accéder à certains lieux, établissements ou événements, en intérieur ou en extérieur, sans notion de jauge, tels que les cinémas, les musées, les cafés, les restaurants, les hôpitaux, les maisons de retraite, les établissements médico-sociaux (sauf en cas d’urgence) ;
    • Les déplacements de longue distance par transports publics interrégionaux sont également concernés ;
    • Le “pass sanitaire” est obligatoire pour les mineurs âgés de 12 ans et deux mois à 17 ans.
    • Les autotests réalisés sous la supervision d’un professionnel de santé ne sont plus reconnus comme preuve pour le pass sanitaire.

    Mise en place de jauges dans certains établissements recevant du public :

    Afin de limiter les brassages de populations, une jauge de 75 % de la capacité d’accueil est rétablie :

    • dans les salles de spectacles et concerts où le public est debout ;
    • dans les salles de danses et discothèques.

    Cette mesure est applicable à partir du 8 novembre 2021.

    Vaccination :

    • La vaccination est obligatoire pour toutes les personnes au contact des personnes fragiles (soignants, non-soignants, professionnels et bénévoles).
    • La vaccination est ouverte à tous les adultes sans condition et aux adolescents de 12 à 17 ans compris.
    • Une injection de rappel est recommandée pour les personnes de 65 ans et plus, les personnes présentant des comorbidités, les personnes immunodéprimées, les professionnels qui prennent en charge ces personnes ainsi que leur entourage.

    Tests :

    • Les tests RT-PCR et antigéniques ne sont plus systématiquement pris en charge par l’Assurance maladie. Les tests réalisés en vue d’obtenir un « pass sanitaire » deviennent payants.
    • Les autotests réalisés sous la supervision d’un professionnel de santé ne sont plus reconnus comme preuve pour le pass sanitaire.